UKE 80: Land Rover du Churchill

Sauvée pour la postérité

Pendant des décennies, la Land Rover de Churchill a été laissée à l’abandon. Sale, rouillée, oubliée. Les restaurateurs de véhicules anciens d’Emil Frey Classics SA ont mobilisé tout leur savoir-faire pour la remettre sur pied !

La Land Rover vert foncé de Winston Churchill année modèle 1954 avec la plaque d’immatriculation « UKE 80 » resplendit dans le foyer du musée des véhicules anciens à Safenwil. Mise en scène dans une atmosphère harmonieuse. Churchill, avec son chapeau et son cigare, sourit avec malice aux visiteurs, son caniche Rufus à ses côtés. La « Landy » restaurée est la grande fierté d’Emil Frey Classics SA. Mais ce n’était pas toujours le cas. En effet, à son arrivée à Safenwil fin 2012, elle était beaucoup moins attractive.

« Mon Dieu ! », avait pensé le directeur Thomas Valko en la voyant pour la première fois. Le véhicule était très sale, le pare-chocs cabossé, les parties en acier étaient partiellement rouillées, les parties en caoutchouc tout simplement déchiquetées – une vraie trouvaille de grange ! Toutefois, le moteur avait démarré tout de suite et jusqu’à la structure de toit, toutes les pièces semblaient être d’origine. La restauration dans l'atelier de véhicules anciens de l'entreprise allait constituer un véritable défi. D’un autre côté, Thomas Valko voyait là une réelle opportunité : si l’on parvenait à donner un nouveau souffle à la Land Rover dans les règles de l’art, non seulement un morceau d’histoire aurait été sauvé pour la postérité mais les spécialistes de la récente Emil Frey Classics SA auraient ainsi démontré qu’ils maîtrisaient leur travail. Il n’en fallait pas plus pour titiller son ambition.
 

La Land Rover Series I a une histoire passionnante. En 1954, Rover avait offert le véhicule au Premier ministre britannique Winston Churchill pour son 80e anniversaire. Le numéro de plaque d’immatriculation était « UKE 80 ». Les partisans de l’homme d’État légendaire qui s’était distingué comme sauveur de l’Europe en 1940, interprètent cela comme « United Kingdom Empire ». Le chiffre 80 semblait faire référence à l’anniversaire important de Churchill. La Land Rover ouverte était notamment équipée d’un siège passager extra-large et d’un chauffage additionnel au niveau des pieds. Les deux équipements n’étaient pas de série.
 

Land Rover Series 1 mit Winston Churchill und seinem Pudel Rufus im Classic Car Center in Safenwil.

Reconstitution historique : Sir Winston Churchill avec son caniche Rufus et sa Land Rover UKE 80 dans le foyer du musée des véhicules anciens à Safenwil.

Un homme politique féru de technique

Churchill, qui après plusieurs infarctus, ne se déplaçait plus beaucoup à pied et se faisait conduire. Grâce au véhicule tout-terrain, il pouvait inspecter de nouveau tous les recoins de son domaine de Chartwell, au Sud de l’Angleterre. Le Premier ministre passionné de technique et malicieux demandait de temps en temps au chauffeur de rouler dans de profonds marécages pour tester les limites du 4×4 – parfois non sans mal : À plusieurs reprises, la Land Rover s’était embourbée et avait dû être poussée hors de la boue par les passagers arrière.

À la mort de Churchill, en 1965, la Land Rover avait d’abord été reprise par son gendre Christopher Soames, puis acquise aux enchères par le fermier Frank Quay de Sevenoaks pour 320 livres sterling. Il roulait la « Landy » encore quelques années si bien que le tachymètre affichait presque 13’000 miles. Dès 1977, « UKE 80 » avait été laissée à l’abandon pendant plusieurs décennies, dans une grange. Lorsque la Land Rover en grande partie d’origine a été mise aux enchères automobiles de Cheffins dans le Cambridgeshire, l’heure de Walter Frey était venue. Admirateur déclaré de l’homme politique et du général en chef, il avait à cdoeur de sauver et restaurer le véhicule.
 

Der noch nicht restaurierte Land Rover Series 1.

Voilà à quoi ressemblait la Land Rover de Churchill à son arrivée à Safenwil, en 2012.

Der komplett restaurierte Land Rover Series 1.

Après une année et demie à peine de restauration, la Land Rover de Churchill brillait d’un nouvel éclat.

Avec les marques d’usure habituelles

Pour les spécialistes de l'atelier de véhicules anciens et de Roos Engineering Ltd., il était clair que la Land Rover ne devait pas être « trop restaurée ». « Nous voulions qu’elle retrouve l’état dans lequel elle aurait pu être dix ans après l’acquisition de Churchill, soit au moment de sa mort. » Avec les marques d’usure habituelles. Les tôliers en carrosserie, peintres et électriciens automobiles, selliers et fournisseurs de pièces détachées se mirent à l’oeuvre.

Des connaisseurs de la marque furent, en outre, consultés. En effet, ils savent par exemple si une pièce doit être vissée ou rivetée. L'expertise de l’Anglais Philip Bashall, qui possède une collection de cent Land Rover et Range Rover historiques, a été extrêmement précieuse. Grâce à l’aide de ce passionné de véhicules d’époque, des pièces détachées d’origine avec une date de production correcte ont pu être acquises. « New Old Stock », comme on dit dans le jargon spécialisé, c’est-à-dire « neuves de stock ».
 

De la trouvaille de grange à la star du musée : La « UKE 80 » a été nettoyée de toute la saleté, démontée professionnellement et reconstruite le plus fidèlement possible à l’origine. Elle procurerait sans doute toujours beaucoup de joie à son premier propriétaire.

Il aura fallu près de mille heures pour démonter complètement les composants de la Land Rover et les reconstituer avec la plus grande délicatesse. Le moteur à quatre cylindres 1.6 l a été révisé avec grand soin par la spécialiste Aston Martin Heritage, Roos Engineering Ltd. Il a été rodé sur le banc d’essais où de gros moteurs de voitures de sport historiques sont généralement révisés de fond en comble. La voiture roule désormais comme au premier jour.

Après une année et demie à peine de restauration, juste à temps pour l’inauguration du musée des véhicules anciens, en avril 2015, la Land Rover de Churchill brillait d’un nouvel éclat. Elle ne sert d’ailleurs pas uniquement de fer de lance à l'exposition : en 2015, elle a participé au Goodwood Revival, à la parade organisée pour célébrer la fin de la production des Land Rover et l’an dernier, elle est apparue au Münsterhof, à l’occasion de la fête du 70e anniversaire de la venue de Churchill à Zurich.
 

Aussenansicht des Classic Car Centers in Safenwil.

La musée du Emil Frey Classics

Le musée fait partie du centre de compétence international d’Emil Frey Classics SA avec la vente, l’atelier, le gardiennage et l’Event Center Suisse.

 

OuvertMar – ven 10h00 – 18h00
sa 10h00 – 16h00
Prix de l’entréeCHF 10.– (adultes)
CHF 5.– (enfants et adolescents, <16 ans)
Visites guidéessur demande, dès 10 personne
Contacttél. 062 788 79 20



Plus d'info sur emilfreyclassics.ch